jeudi 18 octobre 2012

UNE RUE OUM KALTHOUM... À JÉRUSALEM !

Ashkelon, 18 octobre 2012 – 2 Hechvan 5773.
בס''ד


Non ce n'est pas le titre d'un mauvais roman, il s'agit d'une information !

Aussi monstrueusement absurde que cela puisse paraître, le maire (Juif) de Jérusalem, aurait inauguré aujourd'hui, dans la Capitale de l’État d’Israël, une rue au nom de OUM KALTHOUM.
Cette chanteuse Égyptienne qui, pendant le premier semestre de l'année 1967, avait participé à fanatiser contre le Peuple Juif, les populations musulmanes du Moyen-Orient en chantant :
« Égorge, égorge, égorge et sois sans pitié,
Égorge, égorge, égorge, et lance leurs têtes
Dans le désert,
Égorge, égorge, égorge
Tout ce que tu voudras,
Égorge tous les Juifs et tu vaincras ». (Edbah el Yahoud).
Ses concerts avaient, notamment en Syrie et en Égypte, déclenché des scènes d'hystéries collectives hallucinantes.

Voyez sur sur ce lien de quelle « artiste arabe antisémite » le maire de Jérusalem honore la mémoire...
-->

Si ce n'avait été l'attaque Israélienne préventive, les armées arabes prévoyaient de la suivre aveuglément dans ses harangues, Israël était promis par cette furie à un nouveau génocide, une nouvelle Shoah !
Pour tous les Juifs en âge de se souvenir, et plus particulièrement pour ceux ayant vécu cette période (spécialement ceux qui vivaient en Israël), les vociférations de la diva Égyptienne antisémite ne peuvent s'oublier...

Aussi, l'incrédulité et le dégoût assaillent l'ensemble de la Population Juive de notre Pays.

La décision de la mairie de Jérusalem constitue un signal très alarmant d'un renoncement à la souveraineté Juive sur Jérusalem !

Honte aux responsables de cette ignominie !

Honte aux Juifs qui manifestent un tel mépris pour tous ceux qui luttent pour maintenir Eretz Israël et JÉRUSALEM sous souveraineté Juive !

Honte à ceux qui manifestent un tel mépris pour nos morts ; 679 jeunes Juifs furent tués pendant la guerre des six jours – et 2 563 furent blessés dont certains restèrent invalides à vie.

N'oublions jamais !

Sinon, nous n'avons aucun avenir !

Nous devons nous dresser afin de faire annuler cette décision répugnante qui est un véritable blasphème.

Car demain... une rue Arafat pourrait bien être inaugurée dans une de nos villes... Ou une rue au nom de Mohammed Amin al-Husseini, « Grand Mufti (auto-proclamé) de Jérusalem » zélé collaborateur de Hitler et du régime nazi pendant la deuxième guerre mondiale...
Les politiciens et les politiciennes Israéliens qui soutiennent activement ou passivement ou qui ne lutteront pas pour faire annuler cette décision absurde, autant que monstrueuse, de donner à une des rues de Jérusalem, le nom d'une arabe ayant mis son art au service de la haine antijuive et de la barbarie, devront, lors des prochaines élections de janvier 2013, en payer le prix !


Mosché Ashkelon


Texte copyright Mosche Ashkelon
Reproduction autorisée avec citation expresse de la source et du lien du Blog




Aucun commentaire:

Publier un commentaire